Actualités

Aménagement de l'Hommelet: Les habitants ont la parole

publié le 10.05.2016

"L'avenir de l'Hommelet ne se fera pas sans ses habitants". C'est l'engagement pris vendredi soir par Max-André Pick, premier adjoint au maire chargé des finances, de l'urbanisme et de l'aménagement et par Jean Deroi, adjoint des quartiers Nord, lors de la réunion publique qu'ils organisaient à l'école Jules Ferry autour de l'aménagement du quartier.

Accompagnés des élus de quartier, le maire et son premier adjoint ont entamé une série de rencontres avec les habitants dans le but de réfléchir, avec eux, au nouveau visage de leur quartier. L'idée : questionner et consolider les orientations d'aménagement, quartier par quartier, afin de proposer un traitement qualitatif du cadre de vie pour faciliter la gestion urbaine de proximité et améliorer l'image de Roubaix.

"Il n'y aura pas de sujet tabou, ni de langue de bois", a prévenu d'entrée de jeu Max-André Pick. Pendant près de trois heures, lui et Jean Deroi ont débattu avec les habitants de l'Hommelet sur le thème du logement, des espaces verts, du stationnement, de la requalification de la voirie, de la réhabilitation des immeubles dégradés, de la propreté et de la sécurité. Des sujets qui préoccupent les habitants du quartier autant que les élus municipaux. "Nous sommes entrés dans une phase de diagnostic au cours de laquelle nous multiplions les visites et les rencontres de terrain. L'objectif, c'est de regarder ce qui va mais aussi ce qui ne va pas afin de construire le schéma d'urbanisme du quartier en répondant le mieux possible aux attentes des habitants, des commerçants, des entreprises et des acteurs associatifs, et nous engager rapidement sur un certain nombre d'actions". La réussite de cette démarche collective passe par la constitution d'un collectif d'habitants motivés représentatifs des différentes composantes du quartier, parmi lesquels - c'est en tous cas le souhait des élus - une majorité de conseillers citoyens.

"Nous avons identifié un certain nombre de secteurs pour lesquels un usage est pressenti", indique Max André Pick. C'est le cas rue de la Vigne où l'implantation d'un magasin Aldi est en projet. "L'enjeu sera de soigner le volet paysager de ce site établi pas très loin du canal". Au centre des discussions, l'aménagement de la place Audenaerde, qui a donné lieu à plusieurs réunions publiques. "Les habitants se sont prononcés en faveur de la disparition du parking et de la péniche au profit d'un stationnement bilatéral et d'un environnement plus végétal. Quant au choix des modules de jeu, il a été confié aux enfants des écoles du quartier", rappelle Jean Deroi. À cette habitante qui craint pour la sécurité autour de la place, le premier adjoint répond qu'une caméra de surveillance va être installée. "Nous avons multiplié par deux le nombre de ces caméras depuis le début du mandat. Nous ne pouvons aller au delà pour le moment dans la mesure où le centre de contrôle est saturé". Une autre s'inquiète de l'état de délabrement de la place Jean-Baptiste Clément. "Une intervention est prévue, mais elle n'est pas encore programmée, assure Max-André Pick. La destination de la place sera décidée en concertation avec les riverains…". Un autre, favorable à plus de mixité sociale sur le secteur, s'interroge sur l'intérêt de créer de nouveaux logements sociaux quai de l'Ouest. "La réponse ne nous appartient pas, réplique le premier adjoint. Le terrain est la propriété de Vilogia à qui un permis de construire a été accordé avant que nous n'arrivions aux affaires". "Un peu de verdure serait la bienvenue à cet endroit", suggère un habitant. "Le problème c'est que nous disposons de dizaine d'hectares libres et que les transformer en espaces verts coûterait trop cher à la Ville, ne serait ce qu'en entretien", répond l'adjoint.

Autres sujets de préoccupation, les actes d'incivilité, les cambriolages dans certaines rues et les logements laissés à l'abandon. "On en dénombre plus de 5 000 à Roubaix, pour la plupart vétustes, alors que 6 000 demandes de logements ne sont aujourd'hui pas satisfaites, déplore Max-André Pick. Les services de la Ville multiplient pourtant les interventions et les pressions auprès des propriétaires privés et des bailleurs sociaux pour qu'ils réhabilitent ces logements. Cela prend malheureusement beaucoup de temps…". La discussion s'oriente sur le parc du Nouveau Monde dont les populations étrangères au quartier occupent bruyamment et salement les pelouses jusque tard dans la nuit. "Nous craignons qu'ils prennent leurs habitudes à l'arrivée des beaux jours", protestent plusieurs riverains. "Une médiation va être rapidement entamée", promet Max-André Pick, qui souligne au passage le manque cruel d'effectif parmi les policiers municipaux. "L'amélioration du cadre de vie des Roubaisiens fait partie de nos priorités".

    Partager avec Google+FacebookTwitter
  • Imprimer



Lettre d'information

Recevez toute l'actualité de la ville chaque semaine

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies par nos services. En savoir plusFermer