Actualités

Un moment hors du temps à la maison de retraite Korian l'Âge Bleu

publié le 17.05.2016

Claude et Joseph sont amis. Ils se retrouvent tous les vendredis matin pour se parler, confectionner des objets ou lire des livres. Pourtant, Claude et Joseph ne sont pas du tout de la même génération. Claude est pensionnaire à la maison de retraite Korian l'Âge Bleu et Joseph est gardé par une assistante maternelle.

Vendredi, 10h30. Dans la maison de retraite Korian l'Âge Bleu de la Grand'rue, les résidents se regroupent autour d'une grande table. Sur le plan de travail, des rubans, des pelotes de laine, des strass... Des poussettes font leur entrée dans le salon commun. Soudain, des cris d'enfants viennent perturber la quiétude des lieux.
Pour le plus grand bonheur de Claude Naert qui regarde l'agitation avec un regard brillant et un large sourire. Il a emprunté des livres à ses petits enfants pour ces visiteurs d'un jour. "Mais je crois qu'aujourd'hui, on a prévu de confectionner des cadeaux pour la fête des mères", sourit-il.
Najiba Souissi, assistante maternelle, propose aux personnes âgées de s'assoir autour de la table avec les tous petits. La professionnelle de la petite enfance a mis en place ce projet intergénérationnel avec Pauline Criqui, responsable animation et vie sociale à la maison de retraite. "Tous les vendredis, des assistantes maternelles viennent avec les enfants dont elles ont la garde, explique Najiba Souissi. Les personnes âgées ont besoin de visites et certains des enfants n'ont pas leurs grands-parents."

Tous les vendredis, deux mondes se rencontrent autour d'un même projet.

Claude prend Joseph sur ses genoux et lui explique l'animation du jour. "La visite des enfants est importante à plusieurs titres, détaille t-il. Les enfants viennent mettre une certaine ambiance, c'est comme si j'étais avec mes petits enfants. Les enfants sont directs, naturel. Et puis, on fait d'autres activités que celles qu'on nous propose habituellement. Pendant une heure et demie, c'est comme si nous étions en dehors de la résidence. On retrouve un sens à la vie."
Les petits aussi sont demandeurs de ce moment un peu hors du temps. "Les enfants réclament ces visites. Vendredi dernier, c'était le pont et nous ne sommes pas venus, raconte Najiba Souissi. L'un d'eux m'a lancé tout triste "Nanou ? On ne va pas à la maison de retraite ?" Mais c'est pareil pour les résidents : au moment de partir après notre première venue, une dame nous a couru après en pleurant "vous reviendrez nous voir, pas vrai ?"
Certains résidents restent plus à l'écart. Mais ils observent. Une dame ne peut s'empêcher de lancer  : "ils sont mignons, einh !" Oui, ils le sont. Et ils reviennent vendredi prochain.

    Partager avec Google+FacebookTwitter
  • Imprimer



Lettre d'information

Recevez toute l'actualité de la ville chaque semaine

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies par nos services. En savoir plusFermer