Actualités

Wosomtech, la 100e entreprise de la Plaine Image

publié le 29.06.2016

Depuis son inauguration en 2012, l’Imaginarium à la Plaine Images s’est positionné en véritable cluster de projets innovants autour du numérique et des avancées digitales. Après A-Volute, Clic and Walk, Ankama, c’est l’entreprise Wosomtech qui a récemment rejoint le réseau des 100 entreprises de la Plaine Image.

Spécialisée dans l’analyse d’images et la perception intelligente de l’environnement, Wosomtech pourra à l’avenir faciliter la vie des particuliers, agents immobiliers, architectes d’intérieurs et autres concepteurs d’environnement. Son arrivée à la Plaine Images est dans la logique de l’objectif du cluster de projets innovants : faire émerger les idées digitales et mettre en réseau les entreprises numériques. Une arrivée fêtée dignement et en grande pompe mardi 28 juin 2016.

Mêlant réalité augmentée et réalité virtuelle, Wosomtech développe des logiciels et applications qui permettent en temps et en taille réels de scanner un intérieur, de construire et partager une représentation anticipée des projets en réalité augmentée. Concrètement, c’est Loïs Lebrun, développeur, qui en fait la preuve par l’exemple avec l’application Easy Build, disponible à la rentrée sur tablette Tango. « Grâce à la réalité augmentée, l’application permet de scanner un environnement intérieur et de le décorer et meubler virtuellement. » Avec la tablette, on scanne chaque coin et recoin d’un espace, on indique les ouvertures et on se retrouve avec un plan 3D de la pièce. Ensuite, libre à l’utilisateur de changer le sol, le plafond ou la couleur des murs, de rajouter tables, chaises ou même cuisine aménagée. 

« Notre but est de gamifier des outils technologique en utilisant la réalité mixte (augmentée et virtuelle) pour qu’un maximum d’entreprises utilisent nos applications et en développent ainsi l’usage auprès des particuliers », retrace Agnès de Lavarde, co-fondatrice de Wosomtech. L’arrivée à la Plaine Image de l’entreprise parisienne ne s’est pas faite par hasard. « Dans cet écosystème, nous aurons l’occasion de nouer des partenariats avec le Pôle IIID, de mettre en place des outils avec un réseau d’entreprises. »

Guillaume Delbar, maire de Roubaix et Vice-président à la Métropole Européenne de Lille a exprimé tout son bonheur et s’est dit « bluffé d’accueillir déjà la 100e entreprise de la Plaine Image. Il y a eu déjà eu de très belles histoires ici, il y a une très belle dynamique et une vraie synergie pour trouver de nouveaux talents. Au nom de la Ville et de la MEL, on a vraiment envie d’être avec la Plaine image pour continuer de voir se développer de nouvelles entreprises. » 

Réalité virtuelle : j’ai construit un robot avec Wosomtech

Je ne suis pas une gameuse. Les avancées technologiques, je les suis d’assez loin et j’utilise celles qui sont très intuitives et qui ne demandent pas de reflexion particulière. En bref, je suis loin d’être une geek. Alors quand Agnès de Lavarde m’a proposé de tester un casque de réalité virtuelle pour construire de mes petites manettes un robot, ça été comme un défi : le jeu développé est-il vraiment accessible à tous ? 

Etape obligatoire du test : enfiler sur les yeux un casque de réalité virtuelle. Aussi gros qu’un casque de plongée, on a vu plus sexy. Au début, l’effet est assez déroutant : en quelques secondes, je suis passée d’une grande pièce grise remplie de monde à un espace blanc lumineux émaillé de quelques chiffres verts. On me tend les manettes, je donne un coup de gâchette et me retrouve instantanément dans un bureau. Des étagères en ferraille descendent du plafond. Je me retourne (en vrai…) et aperçoit le buste d’un robot. A l’aide des manettes, je saisi sur les étagères des bras, des jambes, une tête que j’assemble au fur et à mesure sur mon robot. Le tout en me déplaçant d’un point à un autre (pour de vrai…). Mon robot est parfait : le bras droit est à droite, la jambe gauche, à gauche et la bouche du robot entre le haut de son crâne et le buste. Parfait, je vous dis.

Agnès de Lavarde m’annonce « c’est bon, vous avez terminé. » Je retire le casque et me retrouve à nouveau plongée dans la réalité. La vraie.

    Partager avec Google+FacebookTwitter
  • Imprimer



Lettre d'information

Recevez toute l'actualité de la ville chaque semaine

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies par nos services. En savoir plusFermer