icone des alertes
Vaccination contre la covid-19Vaccination contre la COVID-19

Egalité des chances

L’Egalité entre les individus, quel que soit leur âge, leur sexe ou leur origine, doit être un objectif commun et un ingrédient du « vivre-ensemble ».

Egalité Femmes / Hommes

Rapport annuel sur la situation en matière d’égalité entre les femmes et les hommes sur le territoire de Roubaix

Cet élément a besoin des cookies pour fonctionner, vous devez accepter notre utilisation des cookies pour l'afficher en cliquant sur le bouton "Accepter" en bas à droite de votre écran.

Ce rapport est présenté pour la cinquième année devant le Conseil Municipal, en amont du vote du budget. L’article 1er de la loi n° 2014-873 du 4 août 2014 pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes prévoit : « L'Etat et les collectivités territoriales, ainsi que leurs établissements publics, mettent en œuvre une politique pour l'égalité entre les femmes et les hommes selon une approche intégrée ».

Depuis l’année 2017 (sur les données et activités 2016), ces rapports ont permis de partager, avec les élus, en préparation et lors des séances du conseil municipal, les services et avec les associations
A titre d’illustration, les quelques avancées qui peuvent être notées depuis 5 ans par la Direction des Sports et les politiques sportives sont les suivantes :

  • La féminisation des équipes éducatives (12/26 soit 46%)
  • Une offre municipale de qualité, dans le cadre du SportPass comprenant un volet « Sport et bien-être »
  • L’utilisation de la pratique de la marche nordique pour accroître la visibilité des femmes dans l’espace public
  • La conception des projets d’équipements sportifs en « mixité » … pour « tous les âges »
  • Un axe prioritaire sur les questions d’égalité femmes/hommes dans les travaux de l’ « académie des dirigeants » au sein de l’Office Municipal des Sports.
  • La réalisation d’une étude pour objectiver la question de la fréquentation/ non fréquentation de la piscine par filles/garçons, hommes/femmes, et reprendre la question du « rapport au corps » (entre « pudeur », « honte », et « regards insistants »)

Les grandes lignes du rapport 2020

Ce rapport s’inscrit dans la continuité des rapports antérieurs, avec toutefois, les évolutions suivantes :

  • Une forme de « maturité » du sujet, et de sa prise en compte dans les politiques municipales. Les décisions de rechercher des artistes féminines pour le Festival XU, l’accord de la MEL pour intégrer dans ses cahiers des charges d’études du gestion urbaine, les questions du « droit des femmes à la ville », de réelles avancées dans les projets portés par les acteurs éducatifs, montrant que la question de l’ « égalité femme/hommes » n’est pas une seul question d’affichage des effectifs à parité, ou encore l’expression et la réflexion portée par des artistes roubaisiens, sont quelques illustrations de ce constat.
  • La prise en compte de la situation sanitaire, qui a amené le report de plusieurs actions portées par des associations, et la mobilisation de services municipaux sur des missions nouvelles ou différentes de celles exercées habituellement
  • Enfin, raison « structurelle », ce rapport n’intègre plus les données sur les politiques de ressources humaines de la Ville et du CCAS. En effet, l’article 5 de la loi de transformation de la fonction publique du 6 aout 2019 rend obligatoire pour l’ensemble des administrations l’élaboration d’un rapport social unique qui permet notamment d’établir les lignes directrices de gestion. Ce rapport social unique doit de plus intégrer « l’état de la situation comparée des femmes et des hommes, avec des données sexuées sur le recrutement, la formation, le temps de travail, la promotion, les conditions de travail, les actes de violence notamment sexuelles ou sexistes, ou de harcèlement. Il comprend aussi des indicateurs synthétiques relatifs aux écarts de rémunération entre les femmes et les hommes ». Ce dossier est désormais suivi au sein des instances de dialogue social et piloté par la DRH.

De fait, le rapport est structuré autour des points suivants :

  • La présentation de données générales sur la population de Roubaix
  • La situation des femmes devant l’emploi et les initiatives menées par la MIE et le Cidff
  • Les actions menées dans le domaine éducatif et de la culture
  • La prévention et lutte contre les violences faîtes aux femmes et accès des femmes aux droits
  • La suite des travaux menés en 2019 sur « Femmes et espaces publics »
  • La pratique d’activités physiques et sportives

Ce rapport sur l’égalité femmes/hommes sur le territoire de Roubaix a vocation à s’enrichir, au regard des actions en cours ou en phase d’étude. C’est en ce sens qu’une dernière partie présente des perspectives de travail.

La Mission Médiation (Véronique Mattoy, 3 3246 par le 03 20 66 46 00, et Muriel Chochois 03 20 66 49 11 ) est à votre disposition pour toute information complémentaire.

Consultez le rapport complet 2020 :

Cet élément a besoin des cookies pour fonctionner, vous devez accepter notre utilisation des cookies pour l'afficher en cliquant sur le bouton "Accepter" en bas à droite de votre écran.

Consultez les rapports des années précédentes :

Réseau « Femme de Roubaix »

Le collectif "Femme de Roubaix" : ce réseau de professionnels et d’acteurs agissant pour l’Egalité Hommes-Femmes à Roubaix est composé d'associations spécialisées sur les droits des femmes et d'acteurs institutionnels, et est coordonné par le CCAS. Ce réseau vise à développer une synergie, des actions communes et à favoriser la mutualisation des expériences et savoir-faire. Les membres en  sont le CIDFF, la Maison de la Justice et du Droit, Voix de nanas, RIFEN, l’association Louise Michel, Chœur de Femmes, SOLFA, le centre social  Pile-Sainte Elisabeth, la Maison des Femmes, le SIAVIC et  les associations membres du conseil d‘administration du CCAS.

La Journée Internationale pour le Droit des Femmes du 8 mars

Les actions menées dans le cadre de la Journée Internationale pour le Droit des Femmes du 8 mars : ces actions, coordonnées par le CCAS, sont suivies par le collectif « Femme de Roubaix ». Les éléments de bilan du 8 Mars 2019 sont les suivants :

  • Le ciné-rencontre organisé par « Femme de Roubaix » : la diffusion au Duplexe du film « Les invisibles » a permis de rassembler 365 personnes. Les échanges après le film ont permis de libérer la parole de femmes qui ont témoigné de leur combat contre la précarité et des violences qu’elles peuvent subir. Par ailleurs, une collecte de produits hygiéniques a été réalisée, qui permettra de couvrir les besoins de 300 femmes pendant un an.
  • Le programme commun « Femme de Roubaix » a permis de communiquer sur les différents événements proposés à un public large (habitants, professionnels, centres sociaux, comités de quartier, centres de formation, associations œuvrant pour le droit des femmes, associations caritatives…) et dans tous les quartiers de la ville.

La Journée Internationale contre les violences faites aux femmes

La journée du 25 novembre 2019, Journée internationale contre les violences faites aux femmes
Organisée avec les mêmes acteurs, cette journée, en 2019, a accueilli les manifestations suivantes :

  • Ciné-rencontre au Duplexe/UGC – le vendredi 22 novembre de 9h à 11h30, autour du film « Jusqu’à la garde » suivi d’une table-ronde animée par Mme Ballonet, association Louise Michel
  • Pièce de théâtre – Théâtre Pierre de Roubaix - le samedi 30 novembre de 14h30 à 17h / CS Pile : « Une vie bien rEnger d’Adolpha » (compagnie Detournoyement)
  • Conférence – Médiathèque de Roubaix – le mardi 26 novembre de 18h à 20 h / CIDFF sur l’interpellation des témoins / comprendre et repérer les violences au sein du couple et agir

Contact

Vous voulez en savoir plus ? Vous voulez prendre part à ce réseau ?
N’hésitez pas à contacter le Centre communal d'action sociale de la Ville de Roubaix.

CCAS Centre 

9-11 Rue Pellart
59100 Roubaix
03 20 81 57 57
Du mardi au vendredi de 8h00 à 12h00 et de 13h30 à 17h00
Le jeudi de 8h30 à 12h00 et de 14h00 à 17h00
Le samedi de 8h00 à 12h00
Retrouvez toutes les adresses des CCAS de Quartiers et leurs horaires d'ouverture

Sourd ou malentendant ? Contactez-nous ici


Lutte contre les discriminations

La Ville de Roubaix met en œuvre des actions concrètes de lutte contre les discriminations et vient en soutien aux acteurs associatifs et éducatifs dans ce domaine. Agents municipaux, élus et citoyens y sont aussi régulièrement sensibilisés via des formations ou des ateliers collaboratifs, comme celui dédié aux mots de l’égalité.

Les mots de l’égalité

Lorsque nous parlons de stéréotypes, d’égalité femmes/hommes et de prévention des discriminations, les mots utilisés à tort ou à raison qualifient notre pensée. Agents municipaux, élus, représentants et usagers d’associations et membres des conseils citoyens, se sont exprimé sur leur usage lors d’ateliers à visée philosophique initiés par la Ville et le CCAS de Roubaix, et animés par Sophie Djigo, professeur de philosophie, en 2019/2020.
La première série des « mots de l’égalité » est le fruit de ce travail collaboratif. Les mots « mixité », « intégration » et « injustice » ont fait l’objet d’une synthèse, à retrouver dans les brochures téléchargeables ou en vidéo.

Cet élément a besoin des cookies pour fonctionner, vous devez accepter notre utilisation des cookies pour l'afficher en cliquant sur le bouton "Accepter" en bas à droite de votre écran.

La mixité

Ce que n’est pas la « mixité » ? Le multiculturalisme, où les communautés culturelles coexistent sans se mélanger ; l’assimilation, par laquelle une personne renonce à son identité culturelle pour adopter une identité dominante.

Ce que doit être la mixité : le partage de l’espace ; des personnes qui s’unissent malgré leurs différences ; la construction d’une identité plurielle et hybride, qui naît du mélange des cultures.

L’intégration

A quoi ce mot, intégration, nous fait-il penser ? L’accès à la citoyenneté, pour jouir des droits politiques ; un processus de réciprocité, le souhait d’une personne de faire partie du groupe et d’être accueilli par un groupe ; une insertion sociale reposant sur une acceptation, à l’opposé d’un sentiment de moindre reconnaissance et de moindre accès aux droits.

Et donc l’intégration, ce n’est pas : la cooptation, où, pour être accepté dans une nation comme dans un club, il faudrait être choisi ; la naturalisation, où, pour devenir citoyen, il faudrait changer de nature pour se transformer en « français », un impératif, où, malgré le fait d’avoir la nationalité, parler français, aller à l’école, il faudrait encore faire plus.

L’injustice

Ce que nous évoque l’injustice ? Une question de malchance ou de hasard, « je n’ai pas mérité cela » ; la perception de violences subies et de privation de droits, qui advient lorsque la loi est mal appliquée par l’administration ; le sentiment de ne jamais avoir de privilège, le fait de ne pas avoir le choix et de ne pas pouvoir accéder à d’autres possibilités, renforçant un vécu d’inégalités.

Ce que serait la lutte contre l’injustice ? Une action fondamentalement collective : ne pas réagir face à une injustice observée revient à redoubler l’injustice ; une capacité à porter la parole et les revendications de ceux qui se considèrent en une position sociale inférieure ; une « éducation » de tous, pour une interprétation plus juste des injustices subies.

Les cookies nous permettent de vous offrir une meilleure expérience. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus